5870_20211007_142257_208369913_socialmedia

Roc d’Azur 2021

Salut à tous.

Suite à une petite frayeur concernant notre moyen de transport, annulé pour défaut de contrôle technique, nous avons finalement pu voguer vers cette nouvelle et grande aventure : Le Roc d’Azur 2021.

L’histoire avait plutôt mal commencée avec deux désistements des participants. Pas de chance pour eux, car ayant déjà effectué leur inscription.

Ne vous en faites pas trop. Nous y retournerons c’est certain. A peine franchis la ligne d’arrivée, Philippe se projetait déjà sur la prochaine édition 😉.

 

Il faut tout de même rappeler que les tarifs sont plutôt dissuasifs. Ce ne sont pas ceux de la BDJ!

Au moment de sortir la CB, ça pique un peu ☹.

Bon, pour ce prix, vous avez tout de même, la mythique plaque de cintre, un gobelet en plastique estampillé Roc d’Azur (le même depuis plusieurs année, mais avec de la Vraie biere pression dedans). Un beau T-shirt « Finisher » (ça c’est vrai), qui est  différent chaque année. Des traces biens costaudes (c’est ça qu’on veut voir), la mer, la plage, des passages originaux, sur des bidons flottants, des passerelles éphémères « type militaire » flottantes elles aussi, des terrasses de bars sur pilotis, avec des gens qui boivent le café en te regardant passer et….UNE-AMBIANCE-DE-OUF ! sur la grille de départ, où les boums-boums de la musique te font monter le palpitant à 120 pulsations par minute, sans que tu es bougé le petit oreille, d’un millimètre !

Ça vaut le coup, quand même 😉.

Nous nous retrouvons donc à 4 avec fifi, Jean-Louis, Denis et moi. Fred Bergerat ayant choisi le mode hors organisation, gèrera le truc en parallèle . 

Nous pensions le retrouver sur place, mais nos agendas n’ont jamais pu s’accorder. Dommage.

 

Un programme bien chargé, avec pour chacun, deux épreuves et une sortie libre.

Tri Roc et Roc Marathon pour Fred.

Roc Altitude et Roc Noir pour Denis et Jean-Louis.

Roc Master et Roc Marathon pour Fifi.

Roc Altitude et Roc Marathon pour moi.

Le décrassage final, je le ferai avec Fifi, dans le massif de l’Estérel. Une dernière virée, le samedi, de 76Km et 1400mD+.

 

Pour finir en beauté, avant le retour sur Lardy, nous terminerons notre séjour, par une visite du salon où le VAE est à l’honneur et s’est imposé face au musculaire. Les Gravels, sont aussi biens de la partie. Denis et Jean-Louis, n’ont pu résister aux chants des sirènes. Ils en ont donc testé deux, pendant que nous nous démenions à trouver un support GPS, digne de ce nom, pour le Spark de Fifi.

 

 

Mais revenons sur l’essentiel ; LE  ROC !

Un terrain de jeu magnifique, qui se mérite.

Chaque circuit est différent, mais quelques passages restent communs. Deux sentiments dominent en passant sur ces portions transverses. Le premier c’est l’impression de déjà vu, le deuxième c’est de se dire  « oups ! » là faudra faire attention pour l’épreuve du jour suivant.

 

Chacun y a trouvé son compte.

 

 

Jeudi :

Roc Altitude avec mes deux compères : Rando de mise en jambe de 42km et 846mD+.

Frais et pimpants, au départ comme à l’arrivée 😉.

 

Pour Fifi, en manque de compétition, ce sera Roc Master : 42km et 892 mD+.

Il croyait faire cette course en mode gestion de l’effort, ce sera plutôt tout à donf !

Sensations plutôt mitigées donc à l’arrivée, mais terminera tout de même 61ème /307 en 2H35.

 

TriRoc (un triathlon version VTT) pour Fred, bouclé en 2H57  et une place de 18ème /39.

J’espère qu’il nous fera un petit retour de son aventure.

 

Bon, en aparté, si vous avez 30 balles à dépenser, vous pouvez télécharger vos photos sur leur site. Et oui, le Roc, c’est un vrai bisness. C’est pas gratuit comme pour la BDJ. On devrait augmenter nos tarifs 😉!

C’est vrai que les photos sont belles, nombreuses et prisent avec déclencheurs automatiques, donc biens cadrées.

 

Par contre, à l’arrivée, un stand de lavage avec Kärcher, prioritaire pour ceux qui rentrent par la sortie, hein! Jean-Louis ? 😉, à faire rougir notre belle rampe de lavage BDJ. 15 postes tout de même !

Elle nous permettra de faire un brin de toilette avant le retour au bungalow.

Il nous reste un peu de temps avant la fin de la soirée. Nous y retournons pour le salon, mais n’irons pas plus loin que le stand des vélos improbables, qui nous occupera jusqu’à la fermeture.

Vendredi :

Là, ça rigole plus !

Roc Marathon de 84,5km et 2384mD+.

Séance de révision du bike la veille. Mode d’emploi du Squirt pour Fifi, avec 5min entre deux couches. Pas 4, ni 6, attention !…On sent bien que c’est pas son fort la mécanique ! 😉.

 

Au lever du jour, il fait plutôt frai à 7H00 du mat. Sur la ligne de départ, en  3ème vague (5 vagues et ≈ 300 par vagues), on se retrouve miraculeusement en première ligne et la pression est dingue ! Va falloir assurer !

Top départ à la corne de brume. Le troupeau de bison est lancé !!!

Tous les fondamentaux sont là.

La fameuse descente tech du Fournel. Le Col du Bougnon et son écran 4 x 3 (des mètres, hein, attention!), nous encourageant à grand renfort de décibels. Impensable d’y mettre pied à terre, tant les spectateurs nous acclament. La honte sinon ! Nous sommes à ce moment-là, au 65ème km et c’est dur,…c’est très dur !

Puis la dalle de béton bien raidasse, à 30% qui monte, qui monte, qui monte….

Puis la plage, la terrasse de café sur pilotis, le sentiers des douaniers, la passerelle en bidons flottants…etc. La totale quoi !

Là ça sent bon.

Enfin, le sprint final. 7km à iso niveau, avec des pointes à 37 !…je ne sais pas comment on trouve encore autant de venin, après tant d’effort !!!

Belle arsouille avec un Lyonnais, côtoyé un bon moment sur la dernière partie, qui, après franchissement de la ligne d’arrivée et récupération, me conseillera de venir dans sa belle région .

C’est promis, on étudiera la question 😉.

Bilan des Masters (380 participants):

  • Fifi : 51ème, en 5H50
  • Fred: 209ème, en 6H56
  • moi : 132ème, en 6H25

 

Nos deux compères Denis et Jean-Louis, ont préféré faire un break pour mieux repartir le lendemain.

Samedi.

Ce sera Roc Noir pour eux : 45km et 1037mD+

Comme vous pouvez le constater, il y avait un peu de circulation sur cette évènement😉.

A contrario avec Fifi, nous aurons plus de fluidité qu’eux, sur notre épreuve.

Pour notre décrassage, nous étions donc bien pénard, dans le Massif de l’Estérel, ce jour-là. Un peu trop roulant à mon goût, mais tout à fait de celui de Fifi.

Et comme d’hab, belle arsouille, sur le retour, le long du canal, qui nous a filé une petite frayeur lorsque nous avons dû le traverser. Une simple palette nous fera office de passerelle 😉.

Dimanche et dernier jour.

Là, avec Fifi, on profitera très largement du salon, avec un peu de prospection marketing fournisseur pour les tenues COS, tandis que, comme évoqué précédemment, nos deux amis s’essaieront aux Gravels de chez Canyon. 

Je vous passerai les détails du resto et ses crevettes décortiquées, qui ne l’étaient pas, le pain perdu façon brioche et la recette des Feréros de la filles du chef cuisto.

Là aussi, on a bien rigolé 😉.

 

Dernier coup de gueule de Fifi, façon Small, pour la pause-café sur l’autoroute.

Un double expresso, c’est pas un simple !… Okaaay ?

 

Voilàààà c’est finiiii…

 

Retour sur Lardy, sans encombre, où je retrouve le château de l’hôtel de ville, en fin de soirée, originalement éclairé pour l’évènement « Octobre rose ».

Je sais que cette édition du Roc a fait grande impression à Jean-Louis. Je pense qu’il va nous faire part de ses impressions très prochainement. Peut-être Denis aussi ? 😉.

Steph F

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *